Localisation, Antibes, FR
live:david.jazt
hello@jazt.fr

4ème leçon – 12 juillet

Depuis 2004, motard & moto gros cube !

4ème leçon – 12 juillet

guidon de moto Hornet 600, moto ecole ECF à Rennes

Honda Hornet 600 pour la moto école ECF de Rennes
Cette fois, j’ai l’impression d’être enfin rentrée dans la cour des grands. J’arrive à l’auto-école et je m’équipe directement pour un départ avec la moto en direction du plateau. Là où les autres fois je me sentais exclue, voir punie, de ne pas pouvoir piloter jusqu’à la piste. J’ai passé un cap aujourd’hui ! J’ai enfin les deux pieds dedans, on va pouvoir y aller à fond. Comme-ci le plaisir des 3 kilomètres de route pour aller jusqu’au plateau justifiaient les 2 heures de torture qui allaient arriver… Aïe !

Conduite avec le Hornet

C’est avec le 600 Hornet, moto pour les permis A, que je roule aujourd’hui. Encore une première fois puisque c’est avec le CB 500 que je suis rentrée de la précédente leçon souvenez-vous. Première fois sur la route donc, mais la moto m’est quand même familière puisque je l’ai déjà utilisée pendant les 4 premières heures de plateau.

Je retrouve cette position avec les jambes bien écartées, le réservoir est beaucoup plus large que celui du CB500. Mais je pars sans à priori, j’ai hâte de voir comment elle va se comporter sur la route, si je vais retrouver de bonnes sensations… et enterrer pour de bon ce blocage des demi-tours !

Quelle galère !

hornet, moto ECF Rennes

En fait, je suis déçue ! Le Hornet se montre « pataud », je ne me sens pas aussi à l’aise que sur le CB500. La moto semble plus difficile à maîtriser. Peut-être à cause du poids et de la hauteur, qui font que le centre de gravité est assez haut… Je ne suis pas encore experte en la matière, ça mériterait une vraie réflexion ! Aussi, j’ai l’impression qu’il faut plus monter dans les tours pour faire ronronner le moteur. Et comme on ne dépasse pas les 70 km/h sur le trajet, c’est pas très drôle.

guidon de moto Hornet 600, moto ecole ECF à Rennes

Autre point dérangeant, les protections « spécial moto-école » de la moto qui viennent gêner la visibilité du tableau de bord. Impossible de voir les voyants des clignotants, donc il faut être sans arrêt sur le qui-vive, autrement on prend le risque de les laisser toujours allumés… Pas top niveau sécurité ! Je n’avais pas ce problème avec le CB500, les voyants étaient bien visibles donc, un petit coup d’œil sur le tableau de bord suffisait à voir si j’avais bien pensé à les couper ou pas. Heureusement, une petite voix pleine de bons conseils arrive tout droit dans mon oreillette et me rappelle à l’ordre quand j’oublie de les éteindre !

Leçon de consolidation

Au programme aujourd’hui : une consolidation de tout ce que j’ai pu faire pendant la 3ème leçon de plateau avec le CB500. Cette leçon m’a été très utile, beaucoup de stress en moins et surtout une reprise de confiance. J’attaque encore et toujours des demi-tours (j’en ai un peu marre là!), mais heureusement tout passe nickel donc on y passe pas plus de 10 minutes.

Je reprends ensuite le passage de vitesses, et mes impressions sur le 600 Hornet se confirment. L’embrayage est plus dur, les passages se font plus difficilement… Mais rien de dramatique en soi, et de toute façon, je n’ai pas le choix ! C’est bel et bien avec celle-ci que je passerai les épreuves donc autant m’habituer ! J’ai beaucoup plus d’assurance dans ma conduite, je pousse un peu plus dans les tours, j’arrive à monter les rapports plus vite… Ca c’est cool !

Dernières révisions sur le freinage d’urgence. Le fait d’avoir pris de l’assurance dans le passage des rapports m’aide dans cet exercice. J’arrive plus rapidement aux 50km/h et j’ai largement le temps de me préparer aux différentes actions à faire pour le freinage : on débraye, bras tendus, frein arrière puis frein avant. Hop, ça c’est plié, c’est acquis ! Au suivant 🙂

Prendre ses marques sur une moto

Petit aparté… Je disais à propos de ma 3ème leçon avec le CB500 que j’étais contente d’avoir déjà pu conduire un 2ème modèle de moto avec si peu d’expérience. C’est vrai que les 2h sur le 500 m’ont vraiment aidé à débloquer mes angoisses au niveau des demi-tours et m’ont redonné confiance pour la suite. Par contre, avec du recul, je pense qu’il n’aurait pas fallu que je conduise le CB500, qui, à mon avis est plus facile que le Hornet. J’aurais préféré ne conduire qu’une seule et même moto pour toutes les leçons, pour prendre mes marques dès le début et bien m’habituer à la moto…

Un peu d’adrénaline !

Enfin un nouvel exercice… J’avais besoin de nouveauté c’est vrai. Un peu l’impression de faire toujours les mêmes choses ces derniers temps, donc ça tombe à pic ! Cette fois je m’attaque au slalom, pour le parcours rapide. Gros besoin d’explications pour le slalom, puisqu’on met enfin en action la technique du contre-braquage. Le moniteur m’explique donc qu’à moto, pour tourner, il faut pousser et diriger son guidon dans la direction où on veut aller, et non l’inverse. Ça parait vraiment bizarre, je me dit qu’il faut vraiment être fou au moment de conduire pour se dire qu’on va pousser le guidon vers le côté où on veut aller…. Que de toute façon, moi je le ferais pas, j’ai pas envie de tomber hein ! Non mais… Alexis me fait ensuite une démonstration du slalom, puis me fait monter derrière lui pour bien m’expliquer la technique du contre-braquage, la trajectoire et la vitesse à adopter. Dans ce parcours, une seule contrainte : atteindre les 40km/h. La vitesse est contrôlée à un endroit précis, il ne faut pas être en dessous des 40km/h à ce moment là, mais pour le reste du slalom, on s’en fou !

Je m’élance une première fois, le gros stress ! Au départ, il faut déjà essayer de se concentrer sur le contre-braquage et la trajectoire. La vitesse viendra ensuite. Moi qui faisait ma maligne à ne pas vouloir contre-braquer, je me retrouve embêtée, puisqu’en fait, quand on est nez à nez devant les plots, eh bien on le fait quand même, c’est instinctif ! Notre cerveau n’est pas si bête que ça, c’est juste moi qui suis têtue ^^

Besoin d’entrainement

Je vais passer le reste de la leçon à faire des allers-retours de slalom… C’est sans doute l’exercice qui m’a demandé le plus d’entrainement jusqu’à maintenant. Pas de grosses difficultés en soi, mais il faut juste réussir à adapter l’allure et la trajectoire. Si on va trop vite, il est difficile de garder la bonne trajectoire. Et si on adopte une mauvaise trajectoire, impossible d’avoir la bonne allure. C’est comme ça, faut trouver le juste milieu entre les deux. Avec un peu d’entrainement, ça va couler de source !

Déjà la fin de la leçon, cette fois j’ai l’impression que c’est passé a une vitesse folle ! Sans doute parce que j’ai repris goût à l’apprentissage, parce que je n’ai pas éprouvé de grosses difficultés et parce que j’ai fait un nouvel exercice. Prochain rendez-vous dans 3 jours 🙂

 

7 Responses

  1. Jonathane dit :

    Le slalom à la première séance, tu te dit « c’est pas si facile » et au finale ça vient tout seul et très rapidement, les 40km/h tu y penseras même plus, tu y seras sans même regarder le compteur, tu vas le passer tranquille très vite.

    Par contre après ça risque peut être de se compliquer, surtout pour les filles, dans le « lent » vous êtes très souvent facilement à l’aise, par contre sur « l’évitement » c’est le partie la plus délicate pour vous, d’après ce que j’ai pu voir et entendre, surtout que pour l’évitement, entre le parcours A et B ça change pas mal au niveau approche et sensation.

    Bonne continuation, ça va le faire. 🙂

    • Laura dit :

      Oui tu as raison, au début on se focalise sur la vitesse c’est une catastrophe : oh mon dieu, ça ne va jamais passer ^^ Et puis au fur et à mesure, ça passe, mais largement en plus !
      Je ne t’en dis pas trop sur l’évitement, ça va venir dans les articles ;))

  2. JeanClaude dit :

    C’est plutot sympatique tout ça!

    Perso je pense que le fait d’avoir pris la CB500 mais aussi d’avoir eu quelques jours entre les leçons ont été bénéfique.
    Je me rapelle d’avoir eu le meme cas que toi et au final ça m’avait permis de « digérer » ce que j’avais appris plus tot.

    On a tellement envie d’avancer qu’on voudrait faire les leçons rapidement. Personnellement et avec le recul je peux dire que passer un permis en 1 semaine ne m’aurait pas convenu et je le déconseillerait aux personnes qui souhaite le faire.

    • Laura dit :

      Oui je trouve aussi. Je n’ai pas eu de leçon depuis le 6 août là, et la prochaine n’est que le 23 et je pense que ça va être très utile. Surtout que je bloque en ce moment 😉
      Et puis on n’est pas pressé hein, je vais prendre le temps qu’il faut mais je l’aurai !!

  3. JeanClaude35 dit :

    Fait attention de ne pas tomber dans l’effet inverse avec la rentrée je pense que d’autres personnes vont s’inscrire entre et les places vont être vite prise.

    • Laura dit :

      Oui c’est vrai… Mais le moniteur est parti en vacances, ensuite moi j’ai pas mal de déplacements, donc ça va forcément bloquer à un moment ou à un autre ! C’est pour ça, pas de stress… Après, le plus tôt sera le mieux, on est d’accord ;))

  4. Quelle moto choisir quand on débute ? dit :

    […] CB500 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *