Bottes Dainese : torque in

Mon choix fut assez difficile… dans un premier temps je m’orientais vers les Alpinestar peu importe les références, j’aimais vraiment beaucoup le look bien roadster.

D’un point de vue constructeur voici ce qui est dit :

Les bottes Torque représentent l’expression maximale de la technologie Dainese en termes de protection du pied. La légèreté et la sécurité ne font qu’un dans ce produit spécialement conçu pour un usage sportif, évolution naturelle du projet Axial dont il représente la troisième génération après les bottes D-Axial nées en 2000 et améliorées en 2005 avec le modèle Axial. Comme ses deux prédécesseurs, le modèle Torque-in a été projeté pour une portabilité « IN » (dont le système d’accrochage combinaison-bottes est un brevet exclusif de Dainese) est équipé à l’intérieur de la fameuse structure de protection Axial, mise au point en collaboration avec les meilleurs pilotes du championnat du monde de moto et la clinique mobile du docteur Costa. Le système Axial limite les torsions de la cheville qui pourraient causer de graves traumatismes au pilote. Axial enveloppe le pied et la cheville de manière à les protéger contre les chocs, qui sont efficacement absorbés en étant distribués sur toute la structure. Grâce à l’application de nouveaux soufflets en Lorica et à une nouvelle structure externe en matériau thermoplastique, les bottes Torque-in sont encore plus ergonomique, confortables et respectueuses des mouvements du pied. Le nouveau slider en acier inox appliqué sur la partie externe arrière, ainsi que les supports en matériau thermoplastique, accentuent l’action « antigrip » en case de chute et la résistance à l’abrasion en cas de glissade. Les nouvelles technologies adoptées dans la conception de ces bottes ont permis de réduire sensiblement les coûts d’industrialisation et donc de proposer un modèle avec des contenus techniques à l’avant-garde mais à un prix compétitif au profit du motocycliste Dainese.

Ils peuvent raconter ce qu’ils veulent chez Dainese, une fois au pied les sensations sont bien là. Bonnes ou mauvaises, une chose est certaine, on ressent vraiment bien la sécurité avec ces bottes aux pieds. En fait, je n’y connais rien en botte, pas plus qu’en moto de toute manière alors comme ça, pour avoir un avis réellement objectif. Jusqu’alors je roulais avec des bottines de karting, très très bien pour un usage urbain car on peut les garder aux pieds sans passer pour terminator une fois à côté de la motocyclette. Seulement, suite à ma gamelle de cette été, elles en ont pris un coup et la semelle se décollait… je n’ose imaginer les dégâts si j’avais été en petite tennis nike ! Et encore moins dans une collision qui entraine une petite glissade…

Mon choix fut assez difficile… dans un premier temps je m’orientais vers les Alpinestar peu importe les références, j’aimais vraiment beaucoup le look bien roadster. En gros elles ressemblaient à ça :

image001.jpg

Le plus gros souci après un tarif exorbitant (entre 250 et 400 euros suivant l’étanchéité, matériaux etc etc…) c’était le confort. Impossible de les garder au pied plus de 30 secondes. Mon pied était littéralement comprimé au point de m’empêché de marcher et d’avoir particulièrement mal sur la côté extérieur du pied. Alors au moins ce fut rapide pour cette marque. J’étais dégouté de ne pas en trouver une paire qui m’aille…

J’essaie quelques modèles présentés chez mon accessoiriste (je dois bien avouer qu’il a un sacré choix) et je tombe sur une paire à moins de 200€ de chez Dainese. Je trouve ma pointure difficilement. Ces bottes chaussent long mais pas très large, au départ on pense avoir des palmes aux pieds, mais en fait c’est une question de feeling qui s’installe dès lors que l’on chevauche une moto, c’est étonnant. Ce qui me chagrine c’est cette histoire de pantalon qui doit se glisser dans les bottes et non pas sur l’extérieur. D’une je trouve ça particulièrement laid avec un pantalon clair, même si on ne fait pas dans la mode, je n’ai pas que des pantalons foncés donc bon ! De plus, en jouant les rebels en mettant le pantalon par-dessus, on sent la botte sur le mollet et le tibia un peu comme dans des bottes « Aigle » et je n’aime pas ce contact… mes chaussettes ne montent pas assez haut… alors entre les pantalons foncés et les chaussettes trop courtes… ça va devenir très technique de faire de la moto dans de bonnes conditions…

image003.jpg

Le top serait de trouver les même mais qui ne s’entrouve pas en haut et qui soit si possible assez basse tout en protégeant le tibia en cas de besoin… mais voilà la seule existante aujourd’hui se trouve être à plus de 330€… hors de mon budget…

image005.jpg

Mon vendeur, au lieu de me forcer la main et à argumenter sur celle où faut mettre le pantalon dedans me prétexte qu’un nouveau modèle arrive en début d’année 2007, peut être qu’elles m’iront celles-ci et en attendant il me bloque les autres jusqu’à ce que je puisse essayer le nouveau modèle… sympa !

image007.jpg

Il avait raison dites donc… à croire que chez Dainese on retrouve la même problématique « over the world ». Bon ce modèle présenté ci-dessus est le bon au niveau des matériaux et formes mais les miennes sont noire et rouge. Plus sobres et surtout moins salissantes.

Incroyablement bien dessinées, ni trop hautes, ni trop courtes on retrouve la forme de celle que j’aimais bien avec une hauteur à mi mollet, génial ! Une fermeture éclaire à l’arrière permet d’y glisser le pied de manière assez aisée. Une contre languette, assez rigide, de mollet vient s’interposée entre la fermeture et le mollet, on se sent comme dans des chaussons… en bois ! Et oui, difficile de marcher avec ces sabots du nouveau millénaire. On se croirait équipé d’une planche de bois en guise de semelle, c’est assez déroutant, mais bon ce ne sont pas des chaussures de marche que l’on cherche… l’articulation au niveau de la cheville est assez bien conçue, ni trop rigide ni trop souple, il faut forcer pour plier le genoux. On retrouve les sensations d’une chaussure pour faire du ski alpin.

Aucune douleur a signaler durant le petit quart d’heure où je les garde aux pieds en tournant dans le magasin mine de rien… par contre il faut vraiment une patience d’ange pour les enlever. Particulièrement difficile à faire glisser, j’espère que ça va se détendre un peu avec le temps, sinon bonjour l’angoisse ! Je mets bien une bonne minute à chaque pied pour les enlever, en luttant péniblement et en laissant sortir quelques injures au passage tout en devenant rouge comme une tomate… à mon avis ça mériterait une petite vidéo sur Daily motion !

Je surlignerais une finition plus que correcte. Aucun fils ne dépassent, les coutures ont l’air solides, les matériaux de bonne fortune… ça inspire confiance ! Dans la boîte on retrouve un tourne vis hexadécimal permettant de changer les sliders au besoin. Ici en métal, ils sont de bonnes épaisseur et rudement bien fixé à la botte.

A l’usage j’avoue avoir eu du mal la première après midi d’utilisation. A croire qu’aux premiers abords les produits Dainese sont fabriqués pour vous écœurer de leurs produits et de la moto du coup ! Je pensais la même chose de leurs gants au début de leurs utilisation et maintenant je me dis n’avoir jamais eu d’aussi bon gants que ceux que j’utilise aujourd’hui… et je dois bien avouer qu’au bout de quelques jours d’utilisation j’ai remis mes bottines de karting car je pilotais le GSr avec une grande facilité avec… j’étais complètement déstabilisé car je les trouvais molles et le sélecteur particulièrement difficile à maitriser du coup. Jusque là je ne pensais qu’à mes bottines et utilisais mes nouvelles bottes sans grandes convictions… je peux bien avouer que j’ai pris un énorme pied lors de ma dernière balade à moto avec mes nouvelles bottes… merci Dainese, une fois de plus !

Une pensée sur “Bottes Dainese : torque in”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *