Localisation, Antibes, FR
live:david.jazt
hello@jazt.fr

[CR] – Merci patron !

Depuis 2004, la passion motard & moto gros cube !

[CR] – Merci patron !

… plus on avance plus les signaux se font répétitifs et les motards en face me font signer de rouler moins vite… ça sent le poulet grillé non ? Comme d’habitude, je roule 5km/h en dessous des limitations de vitesse en suivant une Golf qui fait la même démarche, style de rien… tiens… le petit bleu se met au milieu de la chaussée au loin et fait signe à la voiture de s’arrêter… par contre, j’ai comme qui dirait l’impression que c’est bon pour moi aussi… oups ! J’en baisse deux et j’ouvre en grand ou bien je m’arrête sucer la bite à ces charmants messieurs ? Allez tant pis, on s’arrête ! Prions mes frères… hormis mon boudin lisse à l’arrière je n’ai rien à me reprocher… j’espère que c’est juste pour me faire souffler… « Coupez votre moteur et présentation des papiers du véhicule… »

Quand je vois l’état de mes pneumatiques, je doute un instant quand à mon intelligence de sortir tout de même pour faire un tour mais quel pied j’ai pu prendre hier sur les petites routes de notre département de l’Ille-et-Vilaine. Pas forcément vite, ni même très technique, mais les paysages bien jaunes et verts tout neuf de ce nouveau printemps… ces reliefs avec ses petits virages… franchement terrible ! Ca dépayse plutôt bien et ça donne l’impression d’être parti loin… allez… jouons avec le feu et allons gaiement sur nos routes finir ces pneus… promis, en fin de semaine je vais les changer, ils vont bien me faire encore une petite virée…

Je vérifie de n’avoir rien oublié une dernière fois : carte de Bretagne, Optinet, éponge et serviette pour la visière, GPS, bouteille d’eau… les papiers et du papier (pq) on ne sait jamais lol 🙂 je pense que c’est bon. Va falloir que je m’habitue à cette sacoche « Mini-Sign » de chez Bagster qui est un poil trop volumineuse. La City Trail étant en relica chez le fournisseur depuis bientôt 1 mois… et d’après Magali (la vendeuse de chez Access Moto) rien à l’horizon avant la semaine prochaine… en même temps elle me sort le même discours tous les 15 jours… je finis par me faire une raison… et finalement, passé le cap d’avoir quelque chose de génant devant soit, cette sacoche s’avère plutôt agréable à l’usage… du moins, moins pire que sa grande sœur… reste la petite magnétique que j’avais acheté en soldes mais il faut retirer le cuir de réservoir et vu comment c’est chiant à mettre… arf !

Je reprends l’ancienne route de Redon. Pas mal de monde sur la route mais je m’attendais à la foule. Faut dire qu’en étant parti à 13h30, en plein heure de repas je ne risquais pas d’avoir foule… soudain appel de phare en face… à répétition… plus on avance plus les signaux se font répétitifs et les motards en face me font signer de rouler moins vite… ça sent le poulet grillé non ? Comme d’habitude, je roule 5km/h en dessous des limitations de vitesse en suivant une Golf qui fait la même démarche, style de rien… tiens… le petit bleu se met au milieu de la chaussée au loin et fait signe à la voiture de s’arrêter… par contre, j’ai comme qui dirait l’impression que c’est bon pour moi aussi… oups ! J’en baisse deux et j’ouvre en grand ou bien je m’arrête sucer la bite à ces charmants messieurs ? Allez tant pis, on s’arrête ! Prions mes frères… hormis mon boudin lisse à l’arrière je n’ai rien à me reprocher… j’espère que c’est juste pour me faire souffler…

« Coupez votre moteur et présentation des papiers du véhicule… »

Et merde… je reste sur la moto casqué… les deux collègues aux jumelles un peu plus loin me regarde avec un sourire en coin. J’enlève mon casque et les salue bien bas d’un hochement de la tête. Sur une pointe d’ironie « quel beau métier que vous faites messieurs ! » je Descends de la moto et commence à chercher mes papiers dans la sacoche. Les minutes sont longues, j’ai du mal à sortir mes papiers comme par hasard, enfouis dans la petite pochette intérieur que j’inaugure aujourd’hui… le gendarmes commencent à faire le tour de la moto… mes jambes commencent à trembloter et j’entame la discussion… « Vous arrêtez tout le monde comme ça ? » « Il doit faire chaud sous un soleil pareil, non ? » j’arrive enfin à sortir les papiers non sans mal… et merde c’est l’assurance de la voiture sur cette feuille verte… je commence à trouver de faux prétextes… le gendarmes perd patience et commence à se diriger vers sa camionnette avec ma carte grise et mon permis… lorsque je m’aperçois que sur cette feuille verte figure l’auto et la moto au dessus… « Hey Monsieur, je l’ai retrouvé… » Il se retourne, reviens vers moi et compare la feuille verte avec ma plaque (mon pneu lisse juste en dessus)… un moment d’hésitation… me redonne les papiers « c’est bon monsieur, circulez ! » pfiouuuuu… promis samedi je change mes pneus ! C’est un signe… je repars ainsi avec les jumelles aux fesses en sachant pertinemment que les gars n’attendait qu’une chose : mon départ… étrange… je suis parti mollo… en passant les vitesses tranquillement sous les 3000tr/mn… lol

Quelle chaleur. Je crois bien que c’est même pire qu’hier. Lorsque, soudainement, j’arrive à Redon. C’est vraiment joli par ici. J’en profite pour faire une pause et admirer le paysage le long de la Vilaine. J’enlève mon cuir, casque et gant… j’en profite même pour me déchausser tellement qu’il fait chaud !

Malgré les grosses BM et autre Audi devant certaines maisons de la rue, je trouve l’ensemble plutôt pittoresque, et l’ambiance est calme… de l’autre côté des jeunes bronzes sur l’herbe, les mamies et papis passent paisiblement en chausson… quelques bateaux passent devant nous… ça fait du bien de reprendre des forces. Le compteur affiche déjà près de 120km. Je n’ai pas du prendre les raccourcis les plus connus…

Bon, l’heure tourne, il est temps de repartir. Je continue mon périple vers Vannes pour remonter un peu vers notre Capitale Bretonne en faisant un léger détour. Aussi malin que je suis-je finis par me perdre en pleine campagne. Je m’enfonce tellement dans la campagne que les routes empruntées sont couvertes d’herbe en leurs milieu… on va s’arrêter faire un point GPS pour savoir où je suis…

Alors le GPS met trois plombes à se synchroniser avec les satellites. Ça prouve bien que je suis au milieu de nullepart… le soleil continue de plomber son pilote… je sue à grosse goutte dans le casque… il ne va pas falloir s’arrêter trop longtemps au risque de finir par cuire sur place…

Quand je vous dis que mon boudin arrière craint du boudin… sur le sec, rien n’à craindre tant que je n’ouvre pas comme un malade… si j’ouvre en grand en seconde, ça chasse quelque peu, mais rien de dramatique pouvant me mettre en danger et dès lors que je prends un poil d’angle ça donne comme une impression de bascule, qui peut surprendre un peu quand on ne s’y attend pas. En fait c’est le défaut du BT14 c’est un mono gomme tendre partout si bien qu’il fond à vue d’œil sur la bande de roulement. Son grip étant tellement fort que l’on perd de la gomme très rapidement sur la route… sur les gros freinages comme sur les grosses accélérations… difficile d’éviter cette usure sur un BT14, on finit tous par avoir un beau plat au centre. En effet, c’est difficile de passer son temps sur l’angle. Les longues lignes droites sont inévitable par chez nous… c’est pour ça que le BT16 serait une bonne solution car plus dur sur le milieu, aussi tendre sur les côtés et aussi tendre que du 002 Racing sur les extrémités (là où je ne vais pas encore, par manque d’expérience et surtout à cause de mon bras bionique, lol).

Voilà c’est synchronisé. Vous voyez que je ne suis pas perdu, je suis juste tout en bas du département, alors que j’habite tout en haut… Tiens je ne suis pas loin d’un port fluvial… et si j’allais y jeter un coup d’œil ?

Waw ! après quelques kilomètres à rouler sur une route plutôt chaotique et gravillonnée, voilà ce que l’on aperçoit une fois en bas… une énorme étendue d’eau entouré de petite colline forgeant l’idée d’être dans une cuvette… des bateaux un peu partout dans le bassin… nous voici rendu au port de Foleux, commune de Béganne…

C’est sincèrement tout mignon ici… c’est ombragé et ça fait du bien, une fois de plus de pouvoir reprendre ces esprit… encore plus dans un tel cadre… je commence à me rendre compte que le Gex est inconfortable… j’ai rudement mal aux fesses… pour changer… entre la chaleur et mon cul… voilà que je n’arrête pas de me plaindre… lol

En rouge : c’est où se trouve le port de Foleux. En vert : c’est Rennes. En bleu : là où j’habite…

En remontant tranquillement, je passe devant Saint-Malo… de Phily… c’est obligé… je m’arrête pour prendre quelques photos de ce village situé en hauteur (les premiers de cet article en haut par exemple avec ma sacoche de réservoir) et offrant un superbe panorama… bon je n’étais pas le seul à avoir cette idée faut croire si bien que mes clichés n’ont rien donné de bon… mais n’empêche qu’on se trouve ici à Saint-Malo… la mer en moins 🙂

Regardez-moi cette église… typiquement Bretonne… demi tour et directement la House, en rentrant doucement mais surement. Etant un peu plus « out » qu’au départ, je fais encore plus attention car les réflexes sont moins présent et c’est là qu’il peut nous arriver des histoires… j’avoue avoir fini la balade en prenant la quatre voie… pour en finir plus rapidement et surtout en toute sécurité… paradoxale ? non pas vraiment… la quatre voies c’est de la sécurité car il ne peut pas nous arriver grand-chose… par contre c’est l’ennuie et du coup on a tendance à y rouler un peu fort quand il n’y a personne dessus ou presque… pour ma part… jamais au dessus de … bref !

Et voici encore une petite balade de 250km. Cette fois c’était un poil trop long vu les conditions climatiques, je suis cassé de partout et j’ai rudement mal aux fesses. Mais c’était tout de même rudement bon. Avec des pneus en meilleurs état, j’aurais pris un pied de manière encore plus accrue puisqu’en confiance d’avantage sur les parties les plus techniques. Mais là pour une balade « peinarde », à mon rythme sans trop forcer, à la fois endurante et touristique, j’avoue avoir passé une belle après midi qui m’a rudement fait un bien fou… surtout au moral (comprendra qui veut) !

« BT14 Out ! » – 5000km à peu près ça reste honorable pour ce type de pneu… bon d’accord ce n’est pas très malin de le pousser au maximum, mais au prix du morceau…

Bon ben va falloir bientôt sortir le carnet de chèque. La révision des 12 000 approchant à grand pas. Les pneumatiques à changer. Un train complet… elle va faire mal la prochaine révision… d’autant plus que ça freine moins bien qu’à une époque… ça sent les plaquettes de frein en plus… vous me ferez les essuies glace et la moquette en plus ? Merci bien… mais surtout… merci patron pour ce lundi 12 mai 2008 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.