Localisation, Antibes, FR
live:david.jazt
hello@jazt.fr

Le Stage 1 du Street Bob Harley Davidson

Site officiel de David Jazt

Le Stage 1 du Street Bob Harley Davidson

Selle mono place

C’est cool, voici une nouvelle moto dans mon garage. Elle sort tout juste de l’atelier Hypnotik Cycles où Anthony a installé le Stage 1 sur la belle Américaine. Le stage 1 est la première étape d’une préparation moteur. Le Stage 1 vise uniquement les échappements, la cartographie et le filtre à air. Je n’ai pas fais beaucoup de borne encore pour en apprécier toute la saveur mais voici mon premier retour…

Harley Davidson et son Stage 1

préparation Stage 1

Chez Harley Davidson, le Stage 1 est vraiment indispensable si l’on souhaite retrouver le comportement unique d’une Harley Davidson. Pour ma par lorsque j’ai acheté la moto, il y avait déjà les échappements S&S dessus. Il lui manquait uniquement la cartographie spécifique et le filtre à air K&N. Le fait de passer la moto en stage 1 libère le moteur ce qui le rend un peu plus caractériel plutôt que de parler de puissance ou de couple supérieur.

Anthony Guéroult chez Hypnotik Cycles

Antohny Guéroult chez Hypnotik Cycles

Merci pour cette préparation Stage 1, Anthony sur mon Street Bob. Avant de faire un retour complet sur mes impressions de cette belle évolution sur ma meule, je voulais te remercier. En plus de proposer ton savoir-faire à un tarif vraiment serré en matière de préparation moteur, tu as bichonné ma belle pendant son séjour chez toi, je sais qu’elle était entre de bonnes mains 😉

Sensation à bord du Street Bob

Selle mono place

Pour ceux qui ont l’oeil, mon Street est passé en monoplace. On retrouve le garde boue arrière dans son ensemble, c’est magnifique.

Street bob 2014 édition spéciale

Ci dessus, mon Street Bob avec sa selle bien-place.

Après avoir démarré la belle, les premiers tours de roues sont déstabilisants car on s’attend à une révolution démesurée mais en fait, c’est assez subtile à première vue. La moto grimpe vite dans les tours comparé à avant. Elle chante davantage également et reprend sans s’essouffler sur les mi-régimes. Je laisse la moto bien chauffer et monter en température. Les premières centaines de mètres ne sont pas démonstratives du tout au point qu’on se demande ce qui change. Seulement, un peu plus loin… en la chatouillant un peu, on irait presque à se demander si c’est bien sur une Harley que l’on est assis… 🙂

Harley de David Jazt

Au premier arrêt, la moto descend au niveau du régime moteur et oscille entre 910 et 940 tr/mn, elle martèle le bitume à ce régime de ralenti. Une étrange sensation qui donne l’impression d’un bateau qui démarre dans le port, c’est génial.

Monter dans les tours

moto Triumph chez Hypnotik Cycles

Je mets une petite photo d’illustration car il y a une belle Triumph chez Anthony en ce moment 😉

Street bob en Stage 1

Après ce premier feu rouge sur ma route, je tourne la poignée de gaz de manière un peu plus virile. La sauce devient alors piquante. Je me demande même si c’est toujours le même moteur car je le trouve nettement plus démonstratif et autant le dire, mieux vaut bien se tenir aux poignée parce que ça tracte plutôt méchamment. Le moteur est bien plus souple sur les mi-régimes même si ça pétarade encore pas mal à mon goût sur les décélérations. Il faut sans doute un peu de borne pour que ça se règle bien. C’est un régal, je pense que ça va être le pied total… une bel investissement ce Stage 1 qui libère vraiment la moto… c’est l’impression que ça donne à son guidon.  Par contre aurait-elle moins de frein moteur ? Elle semble point peiner quand on coupe les gaz… à confirmer !

Galerie photo Stage 1 chez Hypnotik Cycles

Premières impressions à bord du Streetbob Harley Davidson

photo selle monoplace

Le Stage 1 redonne un gain de patate non négligeable à ma bécane. J’ai hâte d’aller rouler un peu plus loin pour mieux apprécier le comportement moteur… bientôt un retour un peu plus complet sur ce Stage 1, promis 😉

 

5 Responses

  1. magda dit :

    Félicitations ! Après le téléphone, la moto…. et tout se met à vibrer 😉 Il va falloir revoir l’échelle de Richter 😉 A bientôt pour la démo 🙂

  2. JeanClaude35 dit :

    Il nous manque juste la photo avec la selle monoplace 😉

  3. Jérémy dit :

    Ah le street bob, j’ai eu l’occasion de faire l’essai de cette moto il y a deux jours.

    Un modèle en stage 1 justement, au début j’avais de l’appréhension, entre le fait que cela faisait bien 3 mois que je n’avais pas roulé, que la bête pèse un certain poids et que je n’avais jamais roulé avec un guidon hape hanger.

    Hey bien je suis littéralement tombé amoureux, déjà rien qu’à la mise en route, le son et les vibrations martèlent aussi bien le sol que le corps, on enfourche la bête et en la relavant on sent bien le poid, il faut faire attention à très basse vitesse mais une fois lancé j’ai été surpris de sa maniabilité, je ne m’y attendais pas du tout, je l’ai trouvé facile, bon bien sur, il ne faut pas me demander de faire du lent, sinon c’est sur je la met par terre.

    Le moteur est un régal, ça tracte très fort avec un son bien plaisant et parfois des coups de fusil lorsque l’on ralentit.
    Elle prend les virages facilement, je n’ai pas senti de résistance à la mise sur l’angle bien au contraire, le pneu en 160 ne doit pas y être étranger et le freinage fait son job sans plus mais bon le frein moteur est un bon allié pour les ralentissements.

    Le guidon quand à lui ne m’a pas autant déstabilisé que prévu, finalement je me suis senti à l’aise même si j’ai une préférence pour les Fat bar.

    SI j’avais l’argent, je pense que je n’hésiterais pas une seconde, c’est du bonheur, pas besoin de rouler vite, on prend du plaisir à enrouler en ressentant les bonnes vibrations et cette force qu’elle applique à la moindre rotation de la poignée, un vrai remède contre la déprime, hélas non remboursé par la CPAM.

  4. michel dit :

    Retour également d’expérience, sur le street bob à la concession Rennaise.
    En allumant sur leur plateforme , tu te demandes presque si tu n es pas face à un tsunami: cela gronde, vibre terrible. Je ne suis pas à rennes fait aux niveaux des 40 me rugissant. (Je n’ai que l’expérience d’une Transalp 600 et 15 ans sans monter sur une moto, la sensation fut énorme).

    J’ai surtout été impressionné par le rapport émotions/vitesse. A 90 tu es déjà aux anges, au dessus de 120 :à proscrire pour ma part avec un casque jet, il me remontait sur le haut du crâne et les lunettes suivent le mouvement.

    Ce fut réellement un instant de bonheur intense.
    Je me demande maintenant quelles sensations peut on éprouver sur un modele de base et sans changement des amortisseurs. Car la on finit par s’éloigner du prix d’appel.
    A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
pause essence pour Laurent
Veste moto : comment bien s’équiper pour l’arrière saison ?

Nous venons toujours juste d'entrer en automne et la fraicheur du matin, lorsqu'on est à moto commence déjà à se...

Fermer