Localisation, Antibes, FR
live:david.jazt
hello@jazt.fr

[ESSAI] – Kawasaki – Z1000, version XL

Site officiel de David Jazt

[ESSAI] – Kawasaki – Z1000, version XL

Ça ressemble à de la bière, ça à le goût de la bière, ça à l’odeur de la bière mais ce n’est pas un Z750… rien à voir et c’est tout là l’étonnement que j’ai à son guidon. La position de conduite est plus basse que sa petite sœur ce qui met en confiance dès les premiers tours de roue. Le guidon droit permet une prise en main agréable et instinctive où les commandes tombent sous la main…

En voulant suivre l’avancement des travaux sur le Z (suite à mon accident), me voici rendu chez Kawasaki où j’admire la nouvelle « Versys » que je trouve particulièrement laide, ceci étant pas plus ni moins que son sosie d’ER6-N… quand on pense que cette « Versys » veut toucher la clientèle du ZS, je me dis qu’il peuvent toujours se brosser avant que je sorte mon chéquier… bon après, les goûts et les couleurs…

Evidemment les nouveautés arrivent l’année prochaine et je ne vous apprendrais rien en vous annonçant la sortie du nouveau Z750 et Z1000. Totalement nouveau, avec un nouveau look, un nouveau moteur, de nouvelles suspensions etc etc… mais le Z1000 actuel, moi je le trouve beau avec sa fourche inversée, son guidon bien cintré et sa double sortie d’échappement façon « or »… petit prix pour une 1000, ça vaut le coup d’essai non ? Profitons-en tant que nous sommes là…

Ça ressemble à de la bière, ça à le goût de la bière, ça à l’odeur de la bière mais ce n’est pas un Z750… rien à voir et c’est tout là l’étonnement que j’ai à son guidon. La position de conduite est plus basse que sa petite sœur ce qui met en confiance dès les premiers tours de roue. Le guidon droit permet une prise en main agréable et instinctive où les commandes tombent sous la main. Les pieds se posent bien au sol et se placent naturellement sur les cales pieds un peu haut et où je trouve le frein à pied bien haut ainsi que le sélecteur de vitesse à gauche, les commandes sont hautes, une question de minute pour s’y habitué ou peut être un réglage. Les 300 premiers mètres franchis, on n’y prête plus attention et l’on écoute ce Z ronronner comme on l’aurait tant aimé sur le petit sept et demi. Ce 1000 ronfle à chaque essorage de poignée, et bien qu’un peu discret on s’approche volontiers de la sonorité d’un FZ1 plutôt que d’un VFR.

Ce Z1000 est plutôt léger de l’avant tout comme son petit frère ce qui ne met pas toujours en confiance dès que le ton monte un peu, mais le freinage est nettement plus efficace que les souvenirs que j’ai du 750. Je ne suis pas un pilote pour un centime, mais j’ai trouvé que ce 1000 était vraiment plaisant à piloter et incitait un peu trop à rouler sportivement. La moindre occasion est bonne pour tourner la poignée droite, et chaque rotation se transforme en sourire de gamin sous le casque. « Mon dieu que ça marche fort ce Z ». Ca pousse du feu de dieu, rien à voir avec la petite. Ça pousse très très fort en bas et plus ça monte dans les tours plus ça pousse fort à en avoir l’impression que ça ne finira jamais… c’est bien simple, à part sur la 2, impossible d’aller au rupteur, ça pousse de trop pour mon niveau, c’est terrible ! De plus aucune protection, l’été on doit en manger du moustique !

L’assise est rudement ferme, mais j’aime bien, c’est ce que je cherche. Les suspensions sont également fermes et nettement moins floues que sur le 750 qui devenaient alors un danger pour son pilote plus qu’autre chose. Ici pas de danger, elles font correctement leurs travail dès lors que l’on reste à des vitesses raisonnables, comparativement avec mon Z750S, je le répète, je ne me considère pas comme un pilote et je roule cool !

Le moteur est pour moi une véritable surprise ! Je le trouve plein, rond et très efficace. Enfin le gros GSR que je cherchais ou le FZ1 sans ses à-coups pénibles. Le Z1000 est loin de tout ce que j’ai pu lire, un moteur moud en bas, et poussif dans les tours, une sorte de gros Z750… non, je ne suis pas d’accord… rien qu’au niveau de ses suspensions le comportement routier change du tout au tout et un pilote averti d’un Z750 verra forcément la nette différence à ce niveau là. Le Z1000 est également beaucoup plus chantant que son petit sept et demi, le moteur monte plus vite dans les tours et le couple qui en dégage donne une impression de ratisser le sol à grand coups ! Les paysages défilent vite et ce sourire quasi présent à chaque instant dans le casque me fait oublier qu’il faut faire demi-tour, déjà. Le compteur est lisible à la nuit tombante comme lors de cet essai. Ce compte tour n’est pas celui que je préfère mais reste agréable à l’utilisation. J’ai eu l’occasion d’utiliser les phares, et comme sur le petit les pleins phares ne changent pas grand-chose et comble à peine le trou à gauche dans le faisceau… à utiliser la nuit occasionnellement, j’ai bien l’impression une fois de plus !

Pour conclure cet essai qui c’est avéré vraiment positif et parmi les plus agréable jusqu’à maintenant, je dirais que le Z1000 correspond d’avantage à ce que je cherche aujourd’hui : une moto coupleuse et puissante avec une partie cycle assez saine : bon frein avec progression et mordant ne me déstabilisant pas trop grâce à mon Z750, de bonnes suspensions efficaces, une gueule d’enfer… seul ses aspects pratiques sont sur le tableau noir tout comme sa monte de pneumatique d’origine n’étant vraiment pas à la hauteur de la moto ! Un pot d’échappement plus joli que performant et une finition globale au même niveau que le 750… le Z1000 se montre alors pertinent avec son prix promo actuel des plus bas face à la concurrence et ses nombreuses options possibles pour en faire une moto unique ! Elle sera dans mon top trois lors de ma phase de choix très prochainement. Merci Kawa pour ce pur moment de bonheur au guidon de ce que j’attends d’une 1000 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *