Incendie à l’appartement, la peur de ma vie !

C’est rare que je relate des faits de ma vie privée ici sur Jazt.com mais cette fois, je dois bien avouer avoir eu la peur de ma vie en ce mardi matin 25 septembre au coeur de Marseille… un peu plus, et c’était terminé pour moi ! C’est pour ça que je vous raconte ces faits, plus pour évacuer cette trouille qui reste en moi depuis cette histoire, en espérant que ça s’estompe avec le temps…

Lundi soir 24 septembre, une odeur pesante dans l’appartement

Marseille : vivre en centre ville
Marseille : vivre en centre ville

Petite vie paisible au coeur de Marseille, sur la Canabière, on fait des crèpes de froment en souvenir de la Bretagne, la vie est plutôt cool ici… bon, cette image est une illustration, ma chérie n’était pas là le 24 septembre… heureusement ! J’avoue avoir eu une impression étrange ce lundi soir 24 septembre 2018, lorsque vers 20h je sens comme une odeur de poussière qui crame dans l’appartement. Une odeur forte, âpre, assez dérangeante pour qu’elle soit remarquée. Cette même odeur , lorsque l’on remet les radiateurs à mi-saison et que l’on sent la poussière griller sur les convecteurs. Ici, ce lundi 24 septembre, même sensation et aucun radiateur mis en marche. Le tableau électrique est au coeur de l’appartement, je suis à 1000 lieux de penser au pire…et pourtant !

Lundi soir 24 septembre, peu avant de me coucher…

Dieu sait combien le quartier peut parfois être vivant, ici avec les “punks à chiens” qui viennent foutre la zone en bas de chez moi. Faut dire que je vis au coeur de Marseille, sur la Canebière dans le premier arrondissement, c’est loin d’être le quartier le plus paisible de la ville mais ça je ne pouvais pas le savoir avant de le vivre. Pour remettre tout le monde dans le contexte, je suis en colocation depuis mon arrivée sur Marseille.

Colocation Marseille
Colocation Marseille

Vivre en colocation est un choix basé essentiellement sur la simplicité d’installation,  pour des raisons d’organisation, et faciliter mon quotidien avant de poser définitivement mes valises quand je connaitrais un peu mieux la ville… voilà, vous connaissez le contexte 🙂

vivre en colocation à Marseille
vivre en colocation à Marseille

En attendant avant d’aller me coucher tout était calme, et même cette odeur de cramé n’était plus là… je me suis même dis que ça devait venir de la cuisine, sans trop savoir identifier d’où venait cette odeur…

Mardi 25 septembre, très tôt le matin

visiter des appartements sur Marseille
visiter des appartements sur Marseille

Très tôt le mardi matin, je me lève pour un besoin pressant. Il est 6h10 / 6h15 à peu près. Je ne remarque rien de particulier en me levant. Certes, j’ai la tête dans le cul et je me dirige un peu de manière automatique. Cependant, je ne remarque rien de particulier, je n’ai qu’une envie : retourner me coucher pour finir ma nuit… ce mardi, je devais commencer à 8h30 au bureau, donc je me lève vers 7h45…

7h20/7h25 : Toc toc toc… réveillez-vous, y’a le feu ! Dépêchez-vous il faut sortir vite…

incendie canebière septembre 2018
incendie canebière septembre 2018

Lucille, une de mes colocataires tape sur chaque porte des pensionnaires le long du couloir. Je suis dans mon lit, sur le ventre, et ne l’entendant, je me lève sur les avant-bras en cherchant à voir l’heure qu’il est. Elle crie fort, et j’émerge à peine en me demandant ce qui se passe. Une demi seconde, je me dis qu’elle doit en rajouter, ils vont se démerder moi je suis crever, je me recouche. Sa voix était inhabituelle cependant, et son insistance inquiétante. Je sors laborieusement de mon lit, tout nu (comme ça vous le savez, lol), et j’ouvre la porte de ma chambre, je penche ma tête pour voir ce qui se passe. A gauche, dans une légère fumée et une ambiance tendue, je vois Marta et Lucille paniquées qui me disent “David, y’a le feu dans le tableau électrique, il faut sortir… grouille toi !”

Hein ?! Quoi !? … Je tourne immédiatement la tête à droite et là je vois comme une bougie d’ambiance au coeur du tableau électrique qui se trouve face à ma porte légèrement sur la droite, avec de petit crépitement. Le compteur général était coupé, le couloir est plongé dans le noir et cette petite lueur éclaire le couloir qui mène à la porte d’entrée de l’appartement. Sincèrement, cette petite lueur me semble anodine, certes ça goûte sur le meuble en dessous mais ça ne me semble pas être très grave en tout cas. J’entends des crépitements assez forts mais je me dis qu’en mettant un couverture pour étouffer le feu ça va faire l’affaire.

Feu d'appartement sur la Canebière
Feu d’appartement sur la Canebière

Je ne vais pas rester tout nu. Je referme la porte et j’enfile un tshirt, un caleçon et une paire de chaussure. Pendant ce petit laps de temps ou je suis en panique maximale en m’imaginant dans mon lit si je ne m’étais pas réveillé suite à l’appel de Lucille. Je tremble dans tous les sens ce qui me freine pour m’habiller et enfiler ces putain de chaussures. Je me pose cette fameuse question “merde, un incendie, mais c’est pas vrai… c’est une blague ? Bon… tu as une minute pour prendre quelque chose, tu prends quoi ?” Bien franchement, à part mon téléphone je n’ai rien eu le temps de prendre, ni mes clés de moto ni mon macbook, ni mes papiers, ni les photos… rien… je sauve mes fesses déjà et je laisse tout en plan. Je me rapproche de ma porte, celle de ma chambre.

En ouvrant ma porte, ce n’est plus une lueur dans le tableau électrique mais une flamme de plus d’un mètre qui grimpe au plafond. Le feu était déjà sur la hauteur du mur et allait lécher le plafond pour le traverser. Cette flamme est si intense que pendant une demi seconde je me suis demandé si je ne ferais pas mieux de rester dans ma chambre ou d’aller au salon qui se trouve à l’opposé de la porte d’entrée et donc du feu. L’intensité du feu était si fort que j’ai eu un moment d’hésitation avant de foncer vers la porte d’entrée. Ça crépitait fort, j’avais très très peur, les fumées étaient épaisses et glissaient sur le plafond à travers l’appartement. Puis, j’ai foncé vers la porte d’entrée en claquant la porte de ma chambre (dieu merci), j’ai descendu les marches 2 par 2 avant de me retrouver dehors, en caleçon, comme un con en cherchant mes colocs autour de moi. Les passants se demandaient ce qui se passait…

Intervention des pompiers le 25 septembre 2018 sur la Canabière - Marseille
Intervention des pompiers le 25 septembre 2018 sur la Canabière – Marseille

Les pompiers mettaient dix plombes à arriver, et une fois sur place mettaient encore dix plombes à agir… moi je pensais à ma chambre en priant pour que le feu épargne mes affaires… tout en sachant que le compteur électrique était quasiment en face de ma chambre… et qu’en partant le feu montait déjà au plafond…

Les fumées sortent de tous les côtés dans l’immeuble…

fumée dans l'appartement
fumée dans l’appartement

Quand on voit les fumées épaisses sortir des fenêtres de l’appartement, les vas et viens des pompiers, des 3 camions avec lance à incendie et surtout les 3h30 qu’il aura fallu aux pompiers pour maitriser le feu… difficile d’espérer retrouver quelque chose en rentrant à la maison… en attendant, je suis en caleçon dehors et j’ai même une coloc qui est nu-pieds, la pauvre !

Du rêve à la réalité…

vie en collocation sur Marseille
vie en collocation sur Marseille

Notre appartement était idéal, en plein centre ville de Marseille et c’était un lieu de vie incroyable. Il y avait toujours du monde, de l’échange, du rire, on passait de bons moments… je glisse dans cet article quelques photos qui sont hors contexte, mais plus pour illustrer mon article qu’autre chose, car une colocation comme son nom l’indique c’est aussi de la vie et donc des colocs qui viennent et qui partent… Lydia et Cloé, nos canadiennes, en arrière plan n’étaient plus là pendant ce tragique moment…

Le feu maitrisé, on peut revenir à l’appartement…

lieu de départ du feu
lieu de départ du feu

Forcément dans cet état ça va nettement moins bien fonctionner…

le désastre après l'incendie sur la Canabière
le désastre après l’incendie sur la Canabière

Ma chambre est à droite et le compteur électrique sur la gauche… heureusement que j’ai eu le réflexe de fermer ma porte.

Appartement inondé pour éteindre le feu
Appartement inondé pour éteindre le feu

Bon, malheureusement, ce qui n’a pas brulé a été noyé de fumée ou d’eau par les pompiers et croyez moi un macbook par exemple ce n’est pas étanche… mais quand on voit la distance entre ma porte et la porte d’entrée (pompiers) on se dit qu’il n’y a pas long en distance, et pourtant j’ai hésité car le feu était déjà au plafond (en haut de l’image) quand je suis sorti quelques heures avant…

vue de ma chambre
vue de ma chambre

Je pense que les pompiers sont arrivés à temps. Quand on voit le dessus de ma porte, on se dit que le feu commençait à lécher ma mezzanine en bois, je ne vais pas vous faire un dessin… on voit bien en revanche l’interrupteur vers le bas… j’avais tenté d’allumer alors qu’on ne voyait rien le matin quand Lucille criait au feu…

vue vers la droite de ma chambre
vue vers la droite de ma chambre

Mais ça aurait donné quoi cette histoire si je ne m’étais pas levé ? Si je m’étais rendormi ou simplement si je n’avais pas entendu Lucille crier “au feu” ? Quelle conséquence sur ma petite personne ? Je sais bien, je suis égocentrique car je ne parle même pas de mes collègues… d’ailleurs les pompiers n’en revenaient pas qu’il n’y ait pas de “corporel” quand ils ont vu l’étendu des dégâts et l’intensité du feu… moi je remercie qui veut pour que mes colocataires n’aient rien surtout…

le salon
le salon

Est-ce que ça aurait été une bonne idée de venir me réfugier dans la cuisine ?

Salle à manger
Salle à manger

Je ne suis pas certain quand je vois ces quelques photos…

cuisine
cuisine

Ici nous sommes à l’opposé de l’appartement et on peut deviner la violence de la situation…

micro onde
micro onde

On devine la chaleur qu’il a fait pour retrouver le micro onde dans cet état… et moi qui pensait venir me cacher ici… qu’est-ce que j’ai bien fais de sortir en fonçant vers la porte d’entrée…

vue depuis le couloir
vue depuis le couloir

Sur la gauche la porte des wc où je me suis rendu très tôt le matin… ça me fait froid dans le dos… ça me fait d’autant plus froid dan le dos qu’à priori le feu serait déjà en action à ce moment là et je n’ai rien vu, rien senti… mais ça aurait donné quoi s’il s’était déclaré au coeur de la nuit vers 3h du matin alors que tout le monde dormait ?

Galerie photo incendie de la Canebière le 25 septembre 2018

Heureux d’être en vie, je ne vais pas vous cacher que j’ai eu la peur de ma vie. Peur de ma vie surtout sur ce qui aurait pu se passer “si” …  ce fameux “si” qui rappelle à tout le monde à quel point la vie peut parfois basculer pour pas grand chose… si ma coloc Lucille était partie au travail 10mn plus tôt, ça aurait donné quoi ? Qui aurait crié au feu ? Rien que ce point de départ déjà me fait cogiter… et Lucille, à jamais tu auras une place dans mon coeur… sans toi, les choses auraient été bien plus catastrophiques car finalement ce n’est que matériel…