S1000R : Une lettre en moins, le fun en plus

Le S1000RR est une moto exceptionnelle, ce serait difficile de dire le contraire pour tous motards qui se respectent. L’idéal serait de trouver une bécane qui s’approche de la philosophie sans avoir la contrainte d’une position fatigante sur les longs parcours… c’est là que BMW a pensé à exploité son moteur et une partie cycle de sportive pour en faire une moto beaucoup plus polyvalente, le S1000R… on aime ou pas le look de cette moto atypique, elle n’en reste pas moins une moto qui a marqué des points à mes yeux…

S1000RR une lettre en moins

S1000R 2017
S1000R 2017

La partie cycle appartient à l’ancienne génération des S1000RR et le moteur est revu pour délivrer une quarantaine de poneys en moins enfin presque, mais plus exploitable et qui arrivent plus vite dans la montée en régime. Nouvelle version pour 2017, elle perd un poil de couple 0,01Mkg mais elle gagne 5cv par rapport au modèle précédent, elle perd aussi 2,4kg et elle se voit attribuer toute un ensemble de nouveautés électronique que j’aime comme le shifter “up&down”, l’ABS pro, un guidon qui vibre moins etc. Résultat, nous avons moto hyper dynamique, qui répond bien et qui envoie du foin avant même d’être rendu à des vitesses folles.

Essai moto du S1000R BMW par David Jazt en vidéo

Essai moto du S 1000 R 2017, merci à la concession moto BMW Rennes pour le prêt de cette motocyclette 😉

 Un roadster sportif Allemand

moto sportive roadster S1000R
moto sportive roadster S1000R

Je suis un fan inconditionnel du bicylindre, je pense que tout le monde l’aura compris. Cependant ce S1000R est tellement exploitable à tous les régimes qu’il est tout à fait possible de le prendre et de conduire sur les mi-régimes sans avoir une sensation de frustration à la conduite. C’est souvent ce que je dis à celles et ceux qui hésitent entre le bicylindre et le quatre cylindre, tout est question de feeling avec la monture. Si le S1000R peut se conduire comme un bicylindre, le Streetfighter à l’époque pouvait tout aussi bien se conduire comme un 4 cylindres avec l’allonge incroyable qu’il offrait.

Ducati noire Streetfighter 1098 S
Ducati noire Streetfighter 1098 S

Même si cette Ducati était un gros bicylindre de 1100cc, il était exploitable sur son couple ou sur sa puissance, c’était au choix. C’est aussi pour ça qu’il était si attachant soit en conduite “cool” soit en conduite “agressive”. On retrouve un peu la même approche avec le S1000R de chez BMW.

Impression à bord du S1000R 2017 BMW

moto S1000R
moto S1000R

En montant à bord du S1000R, on trouve immédiatement ses marques. La moto n’est ni trop haute, ni trop basses, les jambes sont idéalement placées à son bord, les reposes pieds sont parfaits, et les commandes tombent comme il faut. Seuls le levier d’embrayage est plus bas que le levier de frein, rien de pénalisant à la conduite mais c’est “choquant” à l’arrêt. La moto démarre sur un feulement bien timide pour un 1000. Je sais, on ne peut pas tout avoir, et c’est un peu ce que je reproche à cette cylindrée mais également à ce type de moteur, être trop lisse.

échappement akrapovic sur le S1000R
échappement akrapovic sur le S1000R

Mettre un échappement Akrapovic sur le S1000R laisse sous entendre qu’en échappement de série c’est encore plus timide. Personnellement, je n’irais pas mettre une telle option sur le S1000R si c’est pour avoir ce résultat sonore, c’est vraiment ridicule et c’est le point faible de cette moto. Le son est pourtant hyper important pour moi.

Echappement Akrapovic
Echappement Akrapovic

Et quand je me rends compte que l’échappement n’a pas de chicane, j’ai cru à une blague en fait ^^ je serais curieux de savoir comment font les pilotes et propriétaires de cette moto Arnaud tu as fais comment toi ?

Galerie photo S1000R

Le moteur dans tout ça !

Shifter sur le S1000R
Shifter sur le S1000R

Accompagné d’un Shifter “Up&Down”, le S1000R devient un véritable jouet ! Les vitesses montent et descendent en un claquement de doigt, c’est particulièrement jouissif. Le moteur quant à lui est plutôt doux en dessous du premier quart du tableau de bord, permettant une conduite relativement fluide en ville, puis au dessus de 7000tr/mn il envoie du foin permettant vraiment de s’amuser comme un petit fou. La partie cycle vraiment saine, et ce freinage Brembo qui offre un excellent feeling offre au S1000R des sensations de conduite vraiment grisante !

Les gros points faibles du S1000R

logo BMW sur le guidon du S1000R
logo BMW sur le guidon du S1000R

Les points faibles vont plutôt être au niveau de l’équipement. L’absence d’interface GPS sur la moto est pour moi, organisateur de balade moto, le plus gros point noir. C’est un des points que j’aime sur mon R1200R actuellement avec la molette sur la poignée gauche. Il doit exister des solutions alternatives mais il va falloir bidouiller. Difficile également de prévoir de longs trajets car mettre un top case sur un S1000R c’est sacrifier le look de cette moto à tendance sportives. Les valises, on doit pouvoir les contourner avec les valises souples, du coup c’est un détail.

selle passager S1000R
selle passager S1000R

Le duo, on en parle ? 🙂

Les gros points forts du S1000R

S1000R face avant
S1000R face avant

J’ai vraiment, mais alors vraiment, adoré les sensations de conduites. La facilité de prise en main, l’impression de maitrise, la sensation de pilotage et le fait que ce soit un véritable roadster comme on l’entend. La position de conduite, le tableau de bord hyper sportive, le shifter “up&down”, la sonorité en haut dans les tours, l’envie d’enrouler pour se balader… sincèrement, cette moto est bluffante ! Autre point fort et pas des moindre, son tarif qui est très accessible soit à partir de 13750 euros hors options. Avec toutes les options qui vont bien, nous sommes aux alentours de 16500 euros… ça mérite bien un second essai avec un shifter un peu mieux réglé, et à savoir comment on s’organise pour le GPS 😉

7 réponses sur “S1000R : Une lettre en moins, le fun en plus”

  1. Pour l’échappement, j’ai gardé l’origine, même BMW ne voyait pas l’intérêt de mettre de l’akra, le problème venant de la gamelle en dessous.
    Pour le GPS, ça doit être faisable, les connectiques sont déjà présententes sur la version 2016. Manquera juste peut-être la molette, mais suis pas fan de bidouiller le GPS en roulant alors …..
    Sinon un essai s’impose, actuellement il ne manque qu’une chose sur mon S1000R c’est le shifter down.
    Ça tombe bien, moi qui ne savait pas quoi faire samedi

    1. Salut Arnaud,
      BMW me disait pareil concernant l’échappement. Cependant Laurent indique que l’Akra est de série. Akra ou non, l’échappement ne fait aucun bruit, c’est même ridicule à ce niveau. BMW m’annonçait 1000 euros d’option sur ce point, non merci 🙂 donc à creuser.

      En revanche, j’ai eu l’info concernant le GPS et effectivement pour 250 euros monté, on peut installer le Navigator 5 (le 6 offrira à priori un meilleur écran et plus de réactivité mais ça restera le même OS, génial 🙁 ) La molette permet de zoomer et dé-zoomer en roulant, c’est super pratique, on peut aussi enclencher les commandes vocales avec le Scala Rider et glisser beaucoup d’info sans quitter les mains du guidon, c’est rudement bien ^^

      Le Shifter “Up&Down” sur cette moto, c’est simplement “magique” ! Je comprends qu’un simple “up” n’a aucun intérêt pour le coup… vivement ton essai pour comparer le 2016 au 2017 ^^

      1. Bonjour David,
        J’ai essayé cette moto exactement, et je ne comprends pas (mais vraiment pas) ton commentaire sur le (peu de) volume sonore de l’échappement d’origine. Tuono exceptée, c’est probablement la machine la plus bruyante du marché.
        Ta machine avait-elle un problème. Etait-elle en rodage (bride des 9000 tours). As-tu ouvert en grand ?
        Je me permets ces remarques car c’est très curieux. L’Akrapovic, qui est bien, absolument, définitivement, monté de série et sans chicane (car la chicane, c’est l’énorme catalyseur) est tout de même très sonore. La plaque d’homologation indique 97dB à 5500 tours ! 97 dB !!! C’est énorme. Le moteur s’entend beaucoup en roulant, et c’est même un défaut récurrent dans certains tests. Après, les impressions restent personnelles, évidemment, mais une homologation à 97 dB, ça ne court pas les rues. C’est plus bruyant que mon KTM SMT qui n’est pas spécialement discret au démarrage (pots stock).
        Cordialement,
        Fabien

        1. Salut Fabien,
          Ne grimpe jamais sur un 1098 Ducati… ^^ j’en ai eu deux dans mon garage, sans parler de mes références en la matière à savoir 899 avec Termignoni, 1299S même en full stock, sans parler des motos Harley Davidson… donc oui, le S1000R fait un son assez rond, mais pas de quoi défriser un âne ^^
          Bonne route 😉

          1. Bonjour David,
            Oui : je ne peux que te donner raison sur les Ducati (et Aprilia V4 !!) J’ai un ami qui roule sur un 1198 et, effectivement, je ne sais pas comment ces machines passent l’homologation !
            Pour les HD, c’est après le stage 1 qu’elles font du bruit parce que d’origine, désormais, c’est plus feutré.

            Donc oui, tu as raison : les Ducati font plus de (beau) bruit. Je roule en KTM, donc ce sont des mélopées qui me touchent particulièrement (et peut importe l’angle du V, finalement…)

            En revanche, et puisque je suis mauvais joueur, j’arguerai que je connais peu d’ânes frisés. Ou alors, les baudets du Poitou. Mais sont-ce encore des ânes ?

            Bonne route à toi aussi, et merci pour tes comptes-rendus d’essais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *