Choisir sa nouvelle moto : la routière

Les technologies avancent et aujourd’hui le segment de la routière devient vraiment intéressante dès lors que l’on accepte le gros point faible de cette catégorie de moto : le poids ! C’est particulièrement ce point qui me freine à choisir ce type de moto pourtant j’ai pris un pied monstrueux à bord de mon ancienne BMW, la première routière que j’ai pu avoir dans mon garage…

La moto routière, elle sait tout faire

sortie moto en duo

En duo sur une moto, dès que l’on a un peu d’équipement ça devient ça ! Un bordel que l’on ne sait où mettre. Pourtant avec deux voire trois accessoires tout bête, la moto devient un outil au quotidien rudement pratique. Que l’on roule en solo ou en duo, la moto routière est un véritable fauteuil…

moto idéal pour le duo et la ville

Le même équipement mais ici rangé dans les valises. les casques dans les valises, le cuir dans le top case… et cerise sur le gâteau, il est même possible d’échanger le cuir contre la petite veste qui va bien avec en plus un petit sac à dos histoire d’aller faire deux trois courses en ville… au retour on mettra le sac à dos dans le top case, histoire de rouler léger !

La moto routière, l’équipement complet

pare-brise du K13GT

En plus des poignées chauffantes, du régularateur de vitesse et parfois même de la radio et commande de téléphone bluetooth, la moto routière est équipée d’un pare-brise ou d’une bulle électrique qui évite de se prendre le vend dans la poire. Mine de rien, cet accessoire est génial dès qu’il fait un peu frais où que l’on prend la voie rapide pour rentrer du bord de mer à 2h du matin…

Comment bien choisir sa moto routière ?

moto routière

Tout comme le choix d’une moto en général, le plus important est de définir sur ce type de moto si nous roulerons en duo ou pas afin de définir les suspensions électroniques d’entrée de jeu ou non. En effet, si le FJR offre une excellente approche de la conduite, elle n’a pas les suspensions électroniques d’un R1200RT par exemple.

Deauville de Philippe sur Montreuil

L’autre choix, c’est le type de routière que l’on cherche. Plutôt typée ville dans ce cas on n’aura pas forcément le même profile de moto que celle dédiées aux long parcours… le budget peut jouer aussi ainsi que la cylindrée.

Harley Davidson Roadking 2014

Si une deauville s’en sort haut la main en ville, l’Electra Glide ou le Roadking sera une reine pour traverser la France, pourtant elles sont toutes les deux de type routière.

Moto routière, les avantages

avis moto K16GT BMW

Pour peut qu’on la choisisse bleue, les autres usager de la route nous prenne pour les forces de l’ordre en civile. C’est ainsi que les téléphones ne restent plus aux oreilles, que les clignotants sont de mise et que l’on met sa ceinture de sécurité discrètement… une moto routière c’est comme son nom l’indique, une bécane dédié au voyage. Elle permet d’enquiller de la borne sans souffrir et surtout de pouvoir rouler à deux dans un confort de velours, c’est vraiment agréable. En général les routière offre un confort et un moteur onctueux. Moins à l’aise en ville, elle offre pour autant de la possibilité de transport vraiment agréable pour se défaire du casque à la main et du cuir trop chaud à la belle saison… la routière c’est la moto de papa qui peut être utilisée au quotidien mais aussi pour le week-end, c’est le pied !

Moto routière, les inconvénients

FJR 1300 coloris 2013

En dehors du poids qui est vraiment pénible sur les demi tour par exemple et que la route contient plus de gravier qu’autre chose, les sueurs froides sont de mise. Non, le gros problème de la routière c’est que l’on perd toute conduite dynamique. La moto devient alors un utilitaire haut de gamme, mais il devient impossible ou presque d’avoir une conduite agressive dans les virolos par exemple. On peut s’amuser, prendre de l’angle etc… mais la moto arrive vite à ses limites, et c’est frustrant ! La moto routière c’est également la fin des copains sur la route, personne nous salue ou presque, par contre les camping cariste nous font des signes de main… on prend 20 ans dans les dents…

Honda Pan European de Laurent

Vide de toute sensation de vitesse, la moto routière est avant tout un moyen de locomotion qui offre des déplacement dans un feulement bien discret. Celui qui aime les sensations, le bruit et l’odeur de l’huile peut passer son chemin… il se fera chier !

Sélection de moto routière de David Jazt

Avec l’arrivée de la liberté des ponneys, une moto routière reprend une place de choix dans ma sélection. C’est vrai que le poids peut poser problème dans certaines conditions, mais le fait d’avoir des valises et top case compense la problématique du poids que je redoute tant.

BMW R1200RT : peut on rêver mieux ?

moto BMW R1200RT

En voilà une belle découverte sur ce R1200RT, excellente moto dynamique pour une utilisation routière. Un peu large pour se faufiler en ville, le R12RT est une princesse dès que le panneau de sortie d’agglomération est passé… en reste le problème du prix qui vise bien une clientèle aisée et le fait qu’en 100cv, ce type de moto est un peu sur la réserve… attendons quelques mois pour en remettre une couche, cette fois j’apporterais le chéquier !

BMW K1600GT : mon dieu !

K 1600 GTL exécutive

Bon, ici en version Exclusive, ça reste la même base. Cette moto à connu des problème de jeunesse c’est vrai mais aujourd’hui avec les versions libres qui arrivent, elle risque de faire causer d’elle. Un moteur de camion dans une gabarit de jeune fille, ce K1600GT et toutes ses technologies embarquées dont les phares directionnels me laisse sans voix ! BMW n’est pas une excellente marque de moto routière pour rien…

Kawasaki GTR 1400 : l’alternative

Kawasaki GTR 1400 de Didier, Vern sur Sèche

Voici une belle découverte avec le GTR 1400 et son moteur bien coupleux issu du ZZR 1400. Cette moto n’est pas aussi technologique que les précédentes mais offre un réel plaisir de conduite à son guidon pour une onctuosité incroyable… J’avais hésité avec mon K13GT à l’époque, mais certaines options manquaient à l’appel dont l’ESAII pour les suspensions dynamiques…

Yamaha FJR 1300 : le GTR à la sauce Yam

Yamaha FJR de Olivier de Rennes

Cette moto est tout simplement l’une des meilleures dans le genre que j’ai pu essayer. C’est vrai qu’elle n’est pas parfaite au niveau de l’ergonomie surtout avec son tableau de bord un peu particulier et les infos qui demandent un BAC+5 mais j’ai adoré ses sensations et le plaisir qu’elle procure. Reste qu’elle a pris un sacrée coup niveau budget face aux concurrentes et pour le coût BMW reste encore au dessus. Parfois investir 2000 euros de plus quand on est prêt à mettre 18000 euros sur la table n’est pas forcément exagéré, surtout au niveau de la revente…

Moto routière, le bon choix ?

Hubert & Michèle en Pan European

La routière est une excellente machine. Il faut lui accepter les défauts qu’un roadster sportif n’aura pas et prendre les qualités qu’un custom lui envie. Une moto routière c’est avant tout le plaisir de rouler à moto dans un confort de premier choix. Pour le moment, je reste sur ma faim car je trouve qu’en 100cv, une telle moto avec des valises remplies et en duo c’est trop juste… à voir quand on pourra rouler en France en version libre, car du coup, ce ne sera plus la même… et ça risque de me chatouiller les moustache de rouler sur une belle FJR voire un R12RT si j’en trouve une dans mes prix…

11 Replies to “Choisir sa nouvelle moto : la routière”

  1. Article sympa, mais je ne te rejoind pas sur le côté dynamique, car malgré le poids (pénalisant uniquement lors des manœuvres a l’arrêt) ses motos sont extrêmement dynamiques et hyper efficaces dans le sinueux, bien plus qu’une sport GT type ZZR ou Hayabusa.
    Le deuxième point que j’ajouterais, c’est que ces machines font rêver, tu t’installes à bord et tu rêves de suite de voyage.
    Quand au salut motard, et bien non, pour ma part ils me saluent tous, alors que quand je roulais en sportive, les Harley ne me saluaient pas.
    Comme quoi….
    Fin août je vais partir une dizaine de jours pour un périple en Italie, je vais faire les cols alpins puis la région des lacs, un périple de 3500 à 4000 kms , quelle plaisir de faire se périple à bord d’une GT ………… Non ?

    Bien que la moto idéale n’existe pas, pour ma part ma catégorie préférée reste la GT.
    Tu peux rouler avec les potes a la journee, te faire un périple de plusieurs milliers de kms sur un coup de tête , et puis si le côté frime est complètement absent, ce n’est pas le cas du plaisir de conduite..

  2. Moi je plussois pour un Sprint ST 1050 au tarif défiant toute concurrence 🙂 Avec ses valises et un top case ajouté + bulle haute .. d’occasion c’est pas onéreux et franchement, et perso j’adore cette meule … la mienne je ne suis pas près de la vendre et puis quelle sonorité 🙂

    1. c’est vrai qu’à prime abord elle ne paye pas de mine, mais les propriétaires en sont globalement content. Je pense aux parents de Marc de Laval d’ailleurs, Jean-Pierre de son petit nom… mais là comme ça, je ne sauterais pas dessus alors que c’est surement une bonne moto… en espérant que le moteur soit mieux étagé que sur le Speed Triple en tout cas 😉

    1. Sur ce genre de moto, il faut plutôt regarder le gain de couple que le gain de puissance… un K16GT avec + de 17Mkg de couple… moi ça me fait rêver… par contre les 160cv, je m’en fou un peu pour le coup 😉

  3. J’ai suivi une FJR (144CV jusqu’en 2010, 146 celle de 2013 ;)) sur qqs 10 000 km, j’en rêve encore 😉 Sans doute que le pilote y est pour quelque chose (sans commentaire) mais il ne me manque plus que des muscles (tout de même) et une paire de …biiiip… pour revenir à l’écurie Yam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *