Localisation, Antibes, FR
live:david.jazt
hello@jazt.fr

Essai R1200GS : ne reste que le nom !

Site officiel de David Jazt

Essai R1200GS : ne reste que le nom !

Tableau de bord allumé du R12GS

moto BMW R1200GSDécidément c’est la série, entre le ZZR 1400 qui se refait une beauté et pas des moindre, voici que la mythique BMW du petit nom de R1200GS se refait elle aussi une cure de vitamine, et quelle cure ! Elle reste bien comme sa grande soeur dans la lignée des moto Trail bonne à tout faire mais n’en reste pas moins que le nom tellement que les sensations à bord n’ont rien à voir avec la catastrophique version précédente qui ne m’avait pas plus du tout pourtant elle aussi appelée BMW R1200GS… typée position droite, offrant une bonne assise, un moteur dynamique et coupleux… je comprends aujourd’hui pourquoi elle se vend aussi bien ^^

Présentation du BMW R1200GS

moto BMW Rennes

A première vue pas de grands changements avec la version précédente, il faut vraiment avoir un oeil d’expert pour faire le jeu des 7 différences. Tiens, je vais mettre la photo de la version précédente pour qu’on se rende mieux  compte.

R1200GS 2009

R1200GS 2009

Le pot d’échappement n’est pas du même côté, les jantes sont différentes, le cadre est différent… pourtant, nous sommes d’accord pour dire que ces deux motos se ressemblent, non ?

moteur du R1200GS 2009

Bien la plus grande différence notable se trouve dans le moteur puisque sur la version 2013, le bicylindre est tellement dynamique que j’en ferais bien mon quatre heure… il est souple et puissant, dynamique et coupleux, du pur bonheur ! Rien que pour le moteur je dirais un grand OUI pour cette nouvelle version là où j’avais trouvé fade et sans âme la version de 2009…

poignée gauche R1200GS

Les commodos ont eux aussi droit à une cure de jeunesse avec les même commandes qu’à bord du K16GT, must have !

Tableau de bord R12GS Tableau de bord allumé du R12GS

La tableau de bord ne peut pas être plus complet et bien visible. Je suis plutôt emballé par l’ensemble. Le petit compte tour suffit amplement, et il n’est même pas obligatoire tellement que ce moteur se conduit à l’oreille… en revanche, on s’y perd vite dans les réglages : 4 cartographies différentes pour le moteur, 3 pour l’ESA (suspension pilotée)… trouver les bonnes combinaisons devient compliqué mais c’est excellent ! La bulle, elle, se règle à la main… et je la trouve parfaite aussi même si je préfèrerais en avoir une plus grande pour mieux me protéger.

Présentation du R1200GS 2013 en vidéo

Les sensations à bord du R1200GS

moto BMW Boxer passion Rennes

A bord de cette moto, les jambes ne sont pas pliées sans forcément être trop basses et sans la sensation d’être trop haut ! Presque une position droite idéale je dirais… la selle est ferme, c’est vrai mais les suspensions font super bien leur travail, je suis bluffé quant à la position de conduite. Les mains, elles, sont placées naturellement sur le guidon. On a l’impression de conduire un Bandit avec un guidon de Street… vraiment excellent ! Tellement excellent que tout le long de cet essai, je me suis senti à l’aise avec un moteur dynamique et une partie cycle au poil ! Je me verrais bien à bord de cette moto au quotidien… légère, puissante, plaisante… autant l’ancienne génération n’était pas celle qui m’avait fait vibrer, autant là, j’ai trouvé cette R1200GS nettement plus “fun” que le nouveau Multistrada de chez Ducati… c’est peu dire 😉

Optique et feux avant sur le R1200GS de chez BMW

feu de croisement sur le R1200GS BMW

En feu de croisement, simple.

feu LED sur le R1200GS BMW

En feu de jour / route en format LED. La LED ici n’apporte rien, c’est juste pour l’esthétique et pour la flambe… ça a l’avantage de moins tirer sur la batterie… mouais :-/

Plein phare sur le R1200GS

Feu de route ou plein phare, classique… pas de Xenon au rendez-vous comme sur mon K1300GT

Conclusion sur l’essai du R1200GS BMW

R12GS BMW

En voici un essai moto auquel je ne m’attendais pas d’avoir de si belles sensations à bord. “Bluffante”, si je devais résumer l’essai à un seul mot, ce serait celui là. Cette moto n’as plus rien à voir avec le chameau d’avant… cette fâcheuse sensation d’être sur un TDM 900, désagréable, pompeuse et franchement molle… non, plus rien à voir… ici le R1200GS risque de secouer le dentier de papy, parce qu’elle pousse sévèrement la R 1200 GS de chez BMW, en voilà une moto qui ne paye pas de mine au premier abord mais une fois dessus, mon dieu quel festival… A quand la version “Adventure” et son réservoir supplémentaire permettant d’engloutir plus de 650km (ça commence à faire), les phares anti-brouillard et ses supports de valoche spécifique… là, ça risque d’être mignon… moi en tout cas, je suis vraiment très agréablement surpris… ça risque de compliquer le choix si je devais changer de moto demain…

Galerie photo de l’essai R1200GS BMW à Rennes

 

12 réponses

  1. Arnaud dit :

    Joli post,

    Ce qui est très efficace sur cette moto c’est aussi le refroidissement a eau (air sur les anciennes versions), la suspension électronique et le contrôle de stabilité. 😉

    Je vais arrêter de lire tes essais, à chaque fois ça me donne envié d’aller tester des bécanes lol

  2. […] ← Essai R1200GS : ne reste que le nom ! […]

  3. JeanClaude35 dit :

    Bon perso j’ai du mal avec les trails en général ce qui n’eleve rien a la moto à la base si ce n’est que c’est un trail 😉 donc le look désolé j’aime pas.
    J’aime bien le compteur avec un lcd large on peux y mettre toute les info qu’on veux et ça dois rester lisible. On dois être protége correctement derrière la bulle.
    Dynamiquement ben pas d’avis, il faut essayer.
    Maintenant cette moto est la cible pour BMW donc c’est qu’elle répond à des attentes client.

  4. […] malheureux quand on voit certaines bécanes qui peuvent donner envie… je pense entre autre au R1200GS et aujourd’hui, j’en ajouterais une autre… le BMW R 90 […]

  5. bignou dit :

    Merci pour ce partage David.
    Tu prêches à un convaincu. Pour l’avoir essayé, la nouvelle GS est époustouflante. Vive le Boxer…
    Probablement celle qui remplacera ma fidèle Africa Twin…
    Ceci dit, le coût d’achat, d’entretien obligataire chez BMW me refroidissent toujours un peu… Avoir les poings et pieds liés (la carte bleue surtout) au réseau BM m’éloigne du vent de liberté et d’hyper fiabilité de mon canasson actuelle.

    • David Jazt dit :

      Hello,
      Le coût d’entretien d’une moto BMW est un mythe franchement. Quand je vois combien coûte l’entretien d’un Z ou d’un Street Triple, je me dis que l’entretien d’une BMW n’a rien d’exorbitant. Cette idée me rappelle un peu l’époque où je roulais en Ducati, les gens pensent tous que l’entretien est hors de prix, mais ce qui coûte de l’argent chez Ducati ce sont les courroies qu’il faut changer tous les 2 ans… en dehors de ça, ça coûte le prix d’une vidange… BMW c’est identique… la révision des 10000km sur mon R12R m’a coûté le prix d’une vidange… moins de 150 balles…

  6. bignou dit :

    Hummm, peut être. Elles restent très chères tout de même…
    Le prix de l’excellence ?

    • David Jazt dit :

      Attention, tu mélanges tout du coup… au départ tu parles de l’entretien qui est exorbitant sans réellement savoir, il suffit simplement de demander la grille des entretien chez BMW. Ce ne sont pas des prix à la tête du client comme chez les Japonaises voire même les Anglaises. Aujourd’hui tu parles du prix d’acquisition… ne t’arrête pas simplement à un prix sans rien mettre en face ! Une Africa Twin au prix d’un R1200GS est exorbitant, je te l’accorde. En Revanche un R1200GS avec les options qui vont bien et les technologies embarquées vaut le prix qu’elle demande si on compare le ratio plaisir / prix d’amortissement ! 🙂 et le service BMW, on en parle ? Quand tu achètes une BMW neuve, le dépannage 0km ou le service anti-crevaison inclus dans l’acquisition de ta moto partout en Europe… elle le propose ton Africa Twin ? 🙂 et il serait possible d’aller encore plus en détail… attention, je ne défends pas plus BMW qu’une autre marque, mais juste dire “c’est chers” en se focalisant juste sur un “prix” sans mettre en face à quoi ça correspond, je trouve ça hyper réducteur… 🙂

  7. bignou dit :

    Oui, tu marques un point David. Je n’ai jamais acheté de BMW et il probable que les frais ne soient pas plus élevés qu’une autre marque. J’en prends note.
    En tout cas, la GS sera probablement ma prochaine moto. Plus qu’à franchir le pas et tout de même sérieusement délester mon plan d’épargne…sans oublier de convaincre Madame (qui déteste les motos quelque soit leur marque, ce qui ne facilite pas les choses 😉

    • David Jazt dit :

      Chez BMW ils peuvent te confier la moto une journée voire même un week-end pour mieux te faire à l’idée, ça fait parti des “+” de la marque. De plus, tu as un véritable suivi client un peu comme chez Ducati qui te donne une bonne sensation d’être accompagné tout au long de ton expériences BMW. Ta concession te proposera de nombreuses balades tout au long de l’année et même des voyages si le cœur t’en dis, c’est juste “génial” ! Les mensualités d’acquisition d’un R1200GS ne sont pas plus élevées que n’importe quel autre moto, faut juste se dire qu’elle peut durer un peu plus longtemps… à moins que tu optes pour une LDD de 48 mois comme 70% des clients de la marque, ce qui t’offre bien des avantages : pas d’apport à mettre car aucun intérêt, possibilité de changer de moto tous les 12 mois à date anniversaire sans que ça te coûte une blinde, toujours rouler sur une moto neuve, tu es maître du “rodage” etc etc… on va finir par croire que je bosse pour BMW… je suis juste ultra convaincu de l’avance de la marque face aux concurrents qui sont bien souvent pieds et mains liés avec des organismes de financements qui pourraient tout aussi bien te proposer des machines à laver qu’une moto à 20 plaques… je pense particulièrement à Kawasaki / Triumph par chez nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *