Localisation, Antibes, FR
live:david.jazt
hello@jazt.fr

Essai moto Harley Davidson : La Night Rod, attention les yeux !

Depuis 2004, la passion motard & moto gros cube !

Essai moto Harley Davidson : La Night Rod, attention les yeux !

Harley Davidson Nightroad stage 1

Harley Davidson Nightroad stage 1Si je suis chez Harley Davidson en ce 2 mai 2013, c’est surtout et avant tout parce que cette Night Rod de chez Harley Davidson me fait de l’oeil depuis des années, que je veux en avoir le coeur net. On peut lire la presse spécialisée, feuilleter les forums de puriste, fouiller dans les archives du web Américain pour mesurer un peu mieux ce que cette Harley Davidson peut apporter à son pilote, rien ne remplacera un essai routier… et quel essai… à bord du Night rod, attention les yeux… ça pique !

Night rod : les étoiles dans les yeux !

Nightroad de chez Harley Davidson

Mon dieu quelle moto. Superbe, sous tous les angles, chaque détail est soigné jusqu’au pneu arrière de 240 que l’on distingue le logo Harley dans les pneus, du grand art. La belle ici dans sa robe noire mate est du plus bel effet et invite tout de suite n’importe quel passionné à grimper dessus. Ici chez Harley, elles sont faites pour ça, dans la rue, le premier qui grimpe dessus, je lui casse une dent… non mais oh, c’est une Harley, je suis forcément un barbu gros et méchant.

Présentation de la belle Américaine

Réservoir Harley Davidson

Ne pas se fier à ce réservoir, d’ailleurs rien ne t’intrigue ? Bien oui, le bouchon de réservoir ? Où est-il ? A ma grande surprise, ce réservoir n’est que factice, tout se passe sous la selle et sans clé s’il vous plait. Parait il que c’est sans danger. J’aurais du mal à être tranquille en laissant la belle dehors toute une nuit quand même.

Vidéo Harley Davidson Night Rod

Un essai en vidéo du Night Rod (ancienne génération)

Une petite balade à bord du Night Rod Harley Davidson (idée du son, plage régime moteur, puissance / couple)

Harley : pas de clé, alarme, ordinateur de bord de série

fonctionnement Harley sans clé

Toutes les Harley Davidson fonctionne sous le même principe ou presque. Tout d’abord, derrière ses traits de moto des années 50/60 se cache une technologie hors du commun où les Japonaises peuvent aller se rhabiller. Toutes les Harley Davidson fonctionne sans clé, une sorte de carte magnétique que l’on garde dans sa poche, il suffit juste de tourner le bouton sur IGN avant de pouvoir la démarrer. Moi personnellement, j’adore !

Elle dispose toute d’une alarme que l’on peut paramétrer de différente manière, mais globalement elle s’enclenche dès que l’on touche à la moto. Elle prévient une fois, puis une seconde fois puis ensuite elle sonne vraiment… pas très fort mais suffisamment pour faire fuir les chats ou les enfants un peu trop curieux 😉

Enfin, elle dispose de manière général d’un ordinateur de bord indiquant quelques informations bien pratique : Trip A, Trip B, Odo, distance avec l’essence restante, température et j’en passe… très très bon point. L’ordinateur est petit, sur une ligne mais suffisant pour savoir l’essentiel. Hormis sur la Night rod, elle indique également le rapport engagé et le compte tour… un détail car on ne sait pas où se trouve la zone rouge…

Ligne d’échappement et préparation « stage » sur le Night rod

échappement remus

N’importe quelle Harley arrive en concession en « full stock » c’est à dire d’origine usine. Ensuite on peut la personnaliser suivant ses envies et son budget. Le but est d’avoir une moto qui envoie un couple de camion sans avoir la puissance d’une sportive. En général, le propriétaire d’une Harley Davidson fait une préparation dite « Stage » pour améliorer les performances de sa moto tout en restant « homologué ». Cependant sur une Harley, la puissance on s’en fou un peu, ce qui est important c’est le couple, les sensations moteur et le son. Ici le Night rod est équipé d’échappement Remus, trop discret à mon goût.

Comportement moteur de l’Harley Night rod

Harley Davidson Nightroad stage 1

Quel moteur mes enfants, ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti de telle sensation à bord d’une moto. Niveau sensation, on se rapproche d’un Ducati Diavel. L’empattement un peu long demande un temps d’adaptation et il faudra légèrement décoller les genoux dans les virages pour mieux apprécier le maniement de la bête. Après un léger creux en bas dans les tours, le Night rod s’envole violemment jusqu’à mi parcours de la zone s’utilisation pour retomber légèrement avant la zone rouge que l’on peut apercevoir à gauche du tableau de bord. J’en attendais beaucoup de cette moto et de cet essai et finalement je reste sur ma faim. Certes ça envoi fort du bois, de la buche de bois même mais ça manque de vibration, de fond… trop aseptisée finalement, il ne lui manque plus qu’une âme. A son bord, nous sommes à l’aise, je n’ai rien à lui reprocher, au contraire, sans mon passé actuel de motard je me serais volontiers penché vers ce genre de moto, mais à mon sens passer chez Harley Davidson correspond à une philosophie que l’on recherche et loin de moi de rouler vite si l’objectif est justement de réduire ce facteur risque qu’est la vitesse que je peux ressentir sur ma Ducati actuelle…

Conclusion de cet essai routier du Night rod Harley Davidson

Excellente moto mais trop pousse au crime pour moi. Je descends d’un Roadster Italien pour remonter sur le même genre Américain si je prenais un Night rod. Certes cette Harley est confortable, agréable à a sonorité non pas désagréable mais un peu trop discret… je préfèrerais m’orienter vers une Harley Davidson aux sensations plus « rustique », parce que bon, rouler à 180km/h sur une Harley, Ok, mais si en plus je ne peux pas emballer en regardant les vaches dans les champs… aucun intérêt 😉

Ce que je n’ai pas aimé sur cette moto Harley Davidson Night rod

  • Léger creux en bas dans les tours
  • Absence d’indicateur de rapport
  • Empattement qui demande un temps d’adaptation
  • Le peu de progressivité des feins
  • Les reposes pieds dans les mollets
  • Son de l’échappement discret (trop)

Ce que j’ai aimé sur cette moto Harley Davidson Night rod

  • Prise en main général
  • J’adore les clignotants
  • Le coup de pied au cul passé les bas régimes
  • Les rétroviseurs au top
  • La gueule
  • La puissance du moteur qui n’en fini pas
  • le confort de conduite

Galerie photo de cet essai routier du Night rod

 

5 Responses

  1. Essai moto Harley Davidson : Le Street Bob, le Oldschool Américain ! dit :

    […] ← Essai moto Harley Davidson : La Night Rod, attention les yeux ! […]

  2. JeanClaude35 dit :

    Un essai un peu décalé HD quoi.

    Sinon ils ont quoi de sympathique les clignotants?

    • David dit :

      Jean-Claude, on a bien compris que tu n’aimais pas les motos Américaine, et pas de problème, j’accepte la critique. Néanmoins, sans connaître, c’est facile de juger… j’en connais qui, il n’y a pas si longtemps que ça ne voulait pas essayer le BMW K1300S alors qu’il lorgnait dessus depuis des années. Il ne voulait pas l’essayer car à ses yeux, il pensait que ce serait pareil qu’un Bandit 1250 de chez Suzuki. J’ai fini par lui poser son cul sur un K1300S et à son retour d’essai, il avait une si grosse banane sous le casque qu’il ne pouvait plus ouvrir sa visière…

      Alors, certes à première vue une Harley ça fait sourire quand on ne connaît pas car c’est tout sauf pratique, c’est tout sauf discret, et c’est tout sauf économique… mais derrière cet aspect se cache une technologie haut de gamme, un peu dans l’esprit BMW mais les gadgets en moins. Pas de selle chauffante ni de suspensions ESA sur une Harley… Néanmoins ABS, ordinateur de bord, alarme, cadre parfaitement mesuré, moteur de sauvage, une belle finition… il faut vraiment que tu pose ton cul dessus pour te rendre compte à quel point les sensations à bord n’ont rien à voir avec tout ce que tu as pu connaître… regarde les clignotants par exemple… les même que chez BMW autrefois que j’adorais… un coup de pouce du côté où tu tournes et hop ça clignote. La moto revient droite après ton virage les clignotants s’arrêtent tout seul, c’est fantastique…

      Après c’est un look, un état d’esprit, c’est différent… il faut savoir apprécier les choses ou pas… personnellement je trouvais vilain jusqu’à ce que je pose mes fesses sur une Américaine… et aujourd’hui les franges ça fait parti du kitch… c’est à prendre au second degré et c’est ce décalage qui est amusant… moi en tout cas, je trouve que dans la passion moto, il n’y a pas grand monde qui s’autorise de tels écarts…

  3. JeanClaude35 dit :

    David même si je n’aime pas plus que ça HD parceque je ne m’y retrouve pas j’essai de garder l’esprit ouvert ne t’y trompe pas.
    Le fait de faire cet essai sur le blog prouve a certains que c’est la passion de la moto qui prends le pas sur le fait que x roule en Harley et qu’il est ceci ou que tel autre roule en sportive japonaise et que ce type de motard sont tous des fous du guidon. C’est simplement cela que je voulais dire endisant que cet essai était décalé car pour moi il l’est decale mais pas forcément dans le mauvais sens.
    D’autre part c’est pas parce que tu roulerai sur HD que je ne roulerais plus avec toi a partir du moment ou tu ne brûle pas ma japonaise 😉

  4. BMW S 1000 RR HP4 : La sportive de haute couture Allemande dit :

    […] nouveauté me plais bien et rien que pour les 400m DA cette option me pique les yeux… le but est « pour le holeshot sur la ligne de départ », […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *